You are currently viewing Comment faire baisser ses impôts grâce à ses enfants?

Comment faire baisser ses impôts grâce à ses enfants?

Ah les enfants, que du bonheur ! Surtout quand ils partent de la maison pour voler de leurs propres ailes. Que du bonheur donc. Mais les enfants, cela a aussi un coût. Et ce coût, vous pouvez le répercuter dans votre déclaration d’impôts pour faire baisser ces derniers.

Voici ce qu’il y a à savoir sur la réduction d’impôts grâce aux enfants.

 

Parts fiscales et impositions

Votre foyer fiscal retrace la composition de votre famille : adultes et enfants vivants ensembles sous le même toit.

Chacun des membres du foyer fiscal rapporte un certain nombre de part, en fonction de pleins de critères différents :

La base : un adulte est égale à une part fiscale.

Si vous êtes marié ou pacsé :

 

  • chaque personne invalide ou ancien combattant gagne 0,5 part.

 

  • si vous avez un ou deux enfants à charge, chacun d’entre eux vaut 0,5 part.

 

  • à partir du troisième enfant à charge, chaque enfant vaut une part.

 

  • si vous avez un ou deux enfants en garde alternée, il vaut 0,25 part.

 

  • à partir du troisième enfant en garde alternée, chacun vaut 0,5 part.

 

 

Si vous êtes célibataire, divorcé, séparé ou en union libre :

 

  • si vous êtes invalide ou ancien combattant, vous gagnez 0,5 part.

 

  • si vous vivez seul avec un enfant à charge, vous gagnez une part.

 

  • si vous vivez seul avec deux enfants à charge, vous gagnez 1,5 part.

 

  • si vous vivez seul, chaque enfant à charge à partir du troisième vous fait gagner une part.

 

  • si vous vivez seul et avez élevé au moins 1 enfant seul pendant 5ans, vous gagnez 0,5 part.

 

  • si vous vivez seul avec un ou plusieurs enfants en garde alternée, chaque enfant rapporte 0,5 part.

 

  • si vous êtes en concubinage avec un enfant à charge, vous gagnez 0,5 part.

 

  • si vous êtes en concubinage avec deux enfants ou plus à charge, chaque enfant rapporte une part.

 

 

Si vous êtes veuf :

 

  • si vous avez 74 ans ou plus et que le défunt est un ancien combattant, vous gagnez 0,5 part.

 

  • si vous avez un enfant à charge, il vous rapporte 1,5 part.

 

  • si vous avez deux enfants à charge ou plus, chacun rapporte une part.

 

  • si vous avez un ou deux enfants en garde alternée, chacun rapporte 0,25 part.

 

  • si vous avez plusieurs enfants en garde alternée, chaque enfant à partir du troisième rapporte 0,5 part.

 

 

Je vous laisse calculer le nombre de parts de votre foyer fiscal.

 

Vos revenus imposables vont par la suite être divisés par le nombre total de parts fiscales de votre foyer, puis le résultat va être soumis au barème de l’imposition sur le revenu, avant que le nouveau résultat soit de nouveau multiplié par la nombre de parts fiscales du foyer.

Cela à l’air compliqué, mais pour une fois, les explications officielles sont claires.

 

Déductions fiscales, crédits et réductions d’impôts

Le revenus imposable est la somme de tout ce que vous avez gagné, moins les déductions fiscales. La déduction fiscale allège donc le montant qui va être divisé par le nombre de part.

Les crédits et réductions d’impôts sont quant à eux déduit du montant de vos impôts, c’est à dire de ce que vous devez aux impôts.

Si vous devez régler 1000 euros d’impôts, et que vous avez un crédits d’impôts de 200 euros, vous ne devrez régler au final que 800 euros.

 

Alors, quelle est la différence entre un crédit et une réduction d’impôt ?

 

Si vos impôts sont réduit à 0 euros et qu’il existe un surplus, le fisc vous remboursera ce surplus dans le cadre d’un crédit d’impôt. Dans le cas d’une réduction d’impôts, le montant sera de 0, et c’est tout. Le surplus ne vous sera pas reversé.

Par exemple, toujours dans le cas de 1000 euros d’impôts à régler, mais avec 1500 euros de crédit d’impôts, l’impôt tomberai à 0 euros et le fisc vous donnerai 500 euros.

Dans le cas d’une réduction d’impôts de 1500 euros, vos impôts tomberai à 0 euros uniquement.

C’est petites notions vont faire la différences pour la suite.

 

Comment vos enfants vont faire baisser vos impôts ?

Nous l’avons vu, les enfants apportent leur contribution en terme de part fiscale.

Maintenant, en fonction de votre situation et de la situation de vos enfants, il va y avoir des ajustements, tant au niveau des parts fiscales que des déductions, crédits ou réductions d’impôts.

 

La gratification pour garde alternée : il s’agit ici de majorer vos parts fiscales, de 0,25 part par enfant (0,5 à partir du troisième). Pour y prétendre, vous devez être séparé, pratiquer la garde alternée avec l’autre parent, votre enfant doit être mineur et vous ne devez pas déduire une pension alimentaire de vos revenus.

 

Le bonus de parent isolé : il s’agit également d’une majoration de vos parts fiscales, de 05 quelque soit le nombre d’enfant. Pour y prétendre, vous devez vivre seul avec le ou les enfants au 1er janvier de l’année d’imposition. Peu importe si vous percevez une pension alimentaire ou si la garde est alternée.

 

La cas du concubinage : pour obtenir cette majoration de parts fiscales de 0,5 par enfant (1 part à partir du troisième), vous devez vous déclarer en tant que célibataire ou vivant en union libre. Vous devez aussi avoir un enfant mineur en commun avec votre concubin.

 

La garde d’enfant à l’extérieur du domicile : faire garder son enfant de moins de 6 ans au 1er janvier de l’année d’imposition vous octroie un crédit d’impôt. Ce dernier est de 50% des frais limité à 2300 euros par enfant.

 

L’emploi à domicile : vous embauchez une personne à domicile pour qu’elle s’occupe de votre enfant? Vous pouvez récupérer 50% de vos dépense dans la limite de 12000 euros (avec une majoration de 15000 euros par enfant dans la limite de 15000 euros) sous forme de crédit d’impôts.

 

Les frais de scolarité :cette réduction d’impôts est forfaitaire : 61 euros au collège, 153 au lycée et 183 euros dans l’enseignement supérieur. Votre enfant doit poursuivre ses études jusqu’au 31 décembre de l’année d’imposition.

 

La pension alimentaire : si vous n’avez pas la garde de votre (vos)enfant(s) et que vous versez de l’argent à l’autre parent pour votre enfant, vous pouvez prétendre à cette déduction fiscale. Toutes vos dépenses liée à la pension alimentaire rentrent en compte, à condition d’être justifiées. Si vous êtes en concubinage, qu’un enfant n’est pas le votre mais vit chez vous, vous pouvez déduire sans justification la somme forfaitaire de 3542 euros.

 

L’invalidité : votre enfant ne peut subvenir seul à ses besoins et est titulaire d’une carte d’invalidité ou mobilité inclusion. La majoration de part est de 0,5, qu’il soit mineur ou majeur rattaché à votre foyer fiscal.

 

Le cas de l’enfant majeur

Jusqu’à l’âge de 21 ans s’il n’est plus étudiant, ou de 25 ans maximum s’il poursuit ses études, vous pouvez rattacher votre enfant à votre foyer fiscal (il n’y a pas d’âge pour un enfant handicapé).

Mais est-ce intéressant ? Ne vaut-il pas mieux lui verser une pension alimentaire plutôt que de bénéficier de ses parts fiscales.

Et bien, il n’y a pas de réponse juste. Tout dépend de la situation de votre enfant : étude, travail, besoins …

Le mieux est de faire des simulations d’impôts et de prendre le résultat le plus intéressant financièrement.

Si vous lui versé une pension alimentaire (il doit déclarer seul ses revenus et ne pas être rattaché à votre foyer fiscal), vous pouvez déduire certains montants sous forme de déduction fiscale.

Si votre enfant vit chez vous, vous pouvez déduire forfaitairement 3542 euros, et jusqu’à 7084 euros si votre enfant est marié ou pacsé. Vous pouvez aller jusqu’à 5959 euros par enfant si vous pouvez le justifier.

Si votre enfant ne vit pas chez vous, seuls les frais réellement engagés peuvent être déduits, dans la limite de 5959 euros par enfant. Cette somme est doublé si vous enfant est pacsé, marié, a des enfants et que c’est vous qui subvenez à leur besoin.

Les enfants, majeurs ou mineurs, sont donc une source de baisse d’impôts potentiels.

 

Attention toutefois, les chiffres et données de cette article sont valables pour la déclaration de 2021 sur les revenus de 2020 ; Cela est donc susceptible de changer d’une année sur l’autre. Je mettrais donc cet article à jour au besoin.

C’est pourquoi je vous conseille de faire une simulation si vous avez un doute, et de choisir ce qui vous est le plus favorable.

Bonne déclaration d’impôts à vous.

 

Merci de partager cet article si vous le trouver intéressant et utile.

Si cela vous a aidé, cela peut en aider d'autres.

close

SOS Budget

les vraies infos pour votre budget

Offert

S'enrichir, même avec un RSA

L'ebook pour améliorer son budget.

Laissez vos coordonnées ci-dessous.

Vos données restent confidentielles.

N'oubliez pas de confirmer votre abonnement via le mail que vous avez reçu, conformément à la loi (vérifiez vos spams!)

Laisser un commentaire